Découvrez l’histoire de l’un des secrets de la réussite.

image_pdfimage_print

Pourquoi échouons-nous dans nos entreprises ? Le plus souvent parce que, découragés par ce que nous croyons être un échec définitif, nous abandonnons la partie. Nous sommes tous passés par là, un jour ou l’outre.

Ce que Napoleon Hill nous enseigne.

Dans son livre, Réfléchissez et devenez riche, Napoleon Hill nous livre l’un des secrets de la réussite au travers de l’histoire ci-dessous. (Pour ceux qui ne connaissent pas Napoleon Hill, sachez que c’était un écrivain/journaliste qui menait un travail de fond sur les hommes de son époque ayant réussi. Il était également devenu un conseiller du président Franklin D. Roosevelt de 1933 à 1936.)

Voici l’histoire

A l’époque de la ruée vers l’or, un oncle de R. U. Darby partit vers l’Ouest faite fortune. Il ne savait pas que les pensées des hommes recèlent plus d’or que la terre n’en eut et n’en aura jamais. Au jeu, il gagna une concession et s’y rendit, pioche et pelle sur l’épaule.

Après plusieurs semaines de labeur incessant, ses efforts se virent récompensés. Il avait trouvé le métal tant convoité, il lui fallait maintenant du matériel pour exploiter le filon. Il referma consciencieusement la mine et retourna chez lui, à Williamsburg, dans le Maryland, pour informer ses parents et amis de sa « trouvaille ». A eux tous, ils parvinrent à réunir de quoi acheter un matériel complet qui fut embarqué aussitôt à destination de l’Ouest, cependant que l’onde retournait travailler à la mine en emmenant cette fois son neveu Darby.

Le premier wagonnet chargé d’or fut, par bateau, acheminé vers une fonderie. Le rendement prouva aux heureux propriétaires qu’ils possédaient une des plus riches mines du Colorado. Encore quelques wagonnets et toutes leurs dettes seraient payées. Ensuite viendraient les gros bénéfices.

En avant les foreuses et voguent les espoirs !

Mais, tout à coup, le filon disparut ! Les machines forèrent désespérément, essayant de le retrouver. En vain. A un aventurier qui passait, les Darby vendirent matériel et concession pour une bouchée de pain et ils reprirent le train pour le Maryland. Le nouveau propriétaire consulta un expert qui se livra à un petit calcul et attribua l’échec des Darby à une méconnaissance des terrains et des couches géologiques. D’après lui, on retrouverait le filon à 3 pieds de l’endroit où l’onde et le neveu avaient fait arrêter le forage ! Ce qui se révéla parfaitement exact I L’aventurier ramassa ainsi des millions de dollars parce qu’il avait sollicité les conseils d’un ingénieur des mines.

Le succès suit l’échec.
(…)
Le succès vient rarement sans que l’on ait d’abord essuyé plusieurs échecs. Lorsque l’échec parait total, quoi de plus logique et de plus facile que de renoncer ? C’est exactement ce que font la plupart des gens. (…) Souvent, l’échec, comme s’il voulait jouer un bon tour, ne fait que masquer la réussite qui est en fait beaucoup plus proche qu’on ne le pense.

Ingenieurcadre.com

Auteur de l’article : Steeven Cadel

Laisser un commentaire